Pour les proches des quelque 200 patients évacués du Grand Est, l’éloignement est douloureux mais les hôpitaux receveurs trouvent des pis-aller pour maintenir le lien, et le retour des premiers Taxi 33 vous invite à lire la suite en cliquant ici